Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lesmillefeuillesdefirmin.overblog.com

Un blog littéraire. Au programme: plein de lectures, un peu d'art et d'histoire!

Articles avec #litterature nordique catégorie

Publié par Firmin et Flo sur
Publié dans : #toutes les critiques litteraires, #romans, #littérature nordique

Immersion dans une communauté utopique.

 

Parti d’Australie pour une mission humanitaire, un avion survole le Pacifique, avec à son bord de nombreux civils anglophones et scandinaves. Il y a là des bûcherons, des infirmières, des médecins, des ingénieurs et… un journaliste finlandais –notre narrateur. Mais de fortes turbulences entraînent un amerrissage forcé. L’avion s’écrase dans l’océan, tout près d’une île déserte et en apparence paradisiaque. Les survivants vont alors devoir s’organiser pour subvenir à leurs besoins. Bientôt une communauté autarcique se met en place avec ses chefs, ses conflits, sa division du travail et ses distilleries clandestines ! Malgré des conditions de vie très primaires, il souffle un vent de liberté et de camaraderie sur cette île. Dès lors, les naufragés auront-ils encore envie d’être sauvés pour retourner à la civilisation ?

Ceux qui apprécient l’humour déjanté de Paasilinna seront surpris du ton un peu plus sérieux de ce roman. On y retrouve bien sûr la fantaisie propre à l’auteur et les scènes comiques n’en sont pas totalement absentes. Mais c’est avant tout un roman d’aventures qui respecte un schéma narratif classique. Les scènes d’action – crash de l’avion, errance sur la plage et dans la jungle, bombardement…- sont nombreuses et passionnantes. Et puis comme toujours Paasilinna nous invite à réfléchir sur la société moderne qui aliène les individus. Qu’ils trouvent refuge au fin fond de la Laponie ou dans une île tropicale, ses personnages ne peuvent s’épanouir qu’en se détournant de la civilisation. 

Critique libre: PRISONNIERS DU PARADIS (Arto Paasilinna)
Publié par Firmin et Flo sur
Publié dans : #toutes les critiques litteraires, #littérature nordique, #biographies

L’adolescence de la plus grande femme de lettres suédoise

 

A 14 ans, Selma Lagerlöf, futur prix Nobel de littérature, ressent déjà le besoin de prendre la plume. Voilà qui tombe bien car l’une de ses amies lui a offert pour Noël un cahier soigneusement relié destiné à recueillir des souvenirs. Avec une verve touchante, Selma y consigne les petits bonheurs, les craintes et les émois qui ont marqué son adolescence de l’hiver 1873 au printemps 1874. C’est à cette période que la jeune fille quitte sa maison de Mårbacka pour faire un séjour de santé à Stockholm, chez son oncle et sa tante. Quelle aventure pour une enfant qui n’a jamais voyagé ! Le trajet en train, la visite de la capitale, la découverte de la vie universitaire à Uppsala en compagnie de son frère Daniel, tout est source d’émerveillement pour la petite Selma. Elle relate aussi sa rencontre avec un étudiant aux allures de prince et bien d’autres curiosités –comme la visite d’une loge maçonnique et une promenade parmi les cadavres à l’école de médecine.

 

 Ce journal, bien que remanié par l’auteure à la fin de sa vie, est un concentré de fraîcheur et de spontanéité. On y découvre une adolescente un peu complexée, sensible et pleine d’imagination qui rêve déjà de devenir écrivain. Au final, ce séjour dans la capitale ressemble à un voyage initiatique: il aura permis à Selma de connaître de nouvelles expériences et d’affirmer sa vocation littéraire, en d’autres termes de grandir. Déjà, sous la plume de l’adolescente transparaissent des thèmes chers à la future femme de lettres, comme le folklore, l’amour de Dieu et un attachement inconditionnel au domaine familial de Mårbacka. Ce petit livre est si attachant qu’il se lit d’un trait. On pourra aussi y glaner quelques informations intéressantes sur la vie en Suède et la famille royale suédoise au XIXème siècle.

Critique libre: MON JOURNAL D'ENFANT (Selma Lagerlöf)
Publié par Firmin et Flo sur
Publié dans : #toutes les critiques litteraires, #romans, #littérature nordique

L'odyssée d'un montreur d'ours

 

Oskar Huuskonen, pasteur dans la campagne finlandaise, est en pleine crise de la cinquantaine. Personnalité excentrique, il exerce son ministère selon des méthodes peu orthodoxes et ne se refuse pas quelques aventures extraconjugales pour tromper son ennui. C’est que la vie n’est pas toujours rose entre une épouse aigrie et des villageois sans envergure. Mais il y a pire : le pasteur Huuskonen sent qu’il a perdu la foi !

C’est alors qu’un évènement – surgi tout droit de la forêt ! - vient bouleverser le train-train de la paroisse. Un trio d’ours s’égare aux abords du village, provoquant une panne électrique et la mort par électrocution de la restauratrice locale. La maman ourse est morte dans l’accident, mais que faire de l’ourson mâle ? Ce serait un cadeau idéal pour les 50 ans du pasteur, se disent les paroissiens. Aussitôt dit aussitôt fait : le jour de son anniversaire, Oskar Huuskonnen se retrouve avec une créature hirsute sur les bras, un ourson de la taille d’un petit chien, baptisé Belzéb ! A cause de ce cadeau en chair et en poils, la vie du pasteur va prendre une tournure vraiment inattendue. Tout ce qu’il a construit jusque-là est brusquement remis en question. Le voilà qui délaisse son foyer pour hiberner dans une tanière avec son ourson et une jeune scientifique pleine d’attraits. Ses prêches deviennent de plus en plus provocateurs et, aux activités pieuses, il préfère désormais le javelot ascensionnel – sport local qui se pratique dans un puits ! Le pasteur aurait-il perdu la tête ? Recevant un congé forcé de la part de ses supérieurs, il décide de tout quitter, en compagnie de sa petite amie et de son ours.

Commence alors une longue odyssée qui mènera nos héros de la Baltique à la Mer noire et de la Méditerranée à l’Atlantique. Un véritable tour d’Europe riche en péripéties. Entre temps, le petit Belzéb a grandi pour devenir un splendide ours domestique. Il sait maintenant utiliser les toilettes, repasser des chemises et même faire des signes de croix avec toutes les apparences de la dévotion. Au cours de ces voyages, Huuskonen, vit au jour le jour, suit son instinct et accomplit la plupart de ses rêves. Finie la routine. Il gagne désormais sa vie comme montreur d’ours, visite des lieux insolites comme les îles Solovki, se lie avec des personnages non moins insolites – tels un vendeur ambulant de saunas – et s’adonne à l’astronomie dans l’espoir de communiquer avec les extraterrestres. Cette errance loin de tout, au contact de la nature, lui permet de redonner un sens à sa vie et de renouer avec ses racines, puisque c’est en Laponie que s’achève le grand périple.

Ce roman, plein d’humour et de fantaisie, a quelque chose d’un conte à la finlandaise. Comme « Le lièvre de Vatanen », c’est une belle histoire d’amitié entre un homme et son animal, et comme dans ce précédent roman Paasilinna y évoque un retour à la Nature, nécessaire à l’homme moderne pour se retrouver. Sous des dehors légers, farfelus, voire un peu absurdes, ce livre pose des questions essentielles relatives à la liberté et à la signification que chacun peut donner à sa vie, à condition d'avoir un peu de courage.

Critique libre: LE BESTIAL SERVITEUR DU PASTEUR HUUSKONEN (Arto Paasilinna)
Critique libre: ORM LE ROUGE _ tome 1 (F. G. Bengtsson)

Histoire d'un gentil Viking roux

Comment un petit Viking à sa maman devient-il un aventurier des mers? En Scanie (Sud de la Suède), le jeune Orm vit avec sa famille dans une ferme. Comme tous les hommes du Nord, son père et son grand frère Odd partent en mer à la belle saison. Mais Ada, la mère d'Orm, estime qu'à 16 ans celui-ci est encore trop maigrichon pour voyager. Précisons tout de suite qu'Orm le Rouge doit son surnom à sa flamboyante tignasse et non à quelques faits sanguinaires.

Pourtant, lorsque des pillards attaquent la ferme familiale, il va connaître l'aventure. Voilà notre Orm enrôlé de force sur un navire qui parcourt les mers de l'Ouest en quête de butin. Il sera tour à tous pirate, esclave sur un bateau andalou, garde du corps du vizir et ... chrétien! Son périple le mènera jusqu'à la cour d'Harald à la Dent bleue, premier roi des Danois.

Des ripailles, de la bagarre, de l'amour et pas mal d'humour, tels sont les ingrédients de ce roman historique pas comme les autres. C'est par ailleurs un livre bien documenté qui nous en apprend beaucoup sur les Viking sans jamais devenir ennuyeux, loin de là! Alors embarquez avec les guerriers du Nord et à l'abordage!

Frans Gunnar Bengtsson (1894-1956) est un romancier suédois, ainsi qu'un poète et un biographe. "Orm le rouge", écrit dans les années 1940, est son roman le plus connu. Il a été traduit partout dans le monde et a même fait l'objet d'une adaptation au cinéma ("The Long ships", 1963). J'ai vraiment adoré ce premier volume. Le 2ème tome, "Au pays et sur la route de l'Est", sera présenté dans un prochain article.

En attendant, je vous propose un QUIZ vrai ou faux sur les Vikings: pour jouer, CLIQUER sur le lien plus bas.

À propos

Lesmillefeuillesdefirmin.overblog.com

“Passionnée de littérature classique et de littérature du monde, je partage avec vous mes dernières lectures.”

Rédigé par Bianca Flo

Articles récents

Hébergé par Overblog