Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lesmillefeuillesdefirmin.overblog.com

Un blog littéraire. Au programme: plein de lectures, un peu d'art et d'histoire!

Publié par Firmin et Flo sur
Publié dans : #toutes les critiques litteraires

Un périple cocasse et instructif

 

L’auteur de ce livre raconte ses randonnées dans les Appalaches en mêlant histoires drôles, histoire naturelle et critique de la société américaine. Le ton est clairement humoristique, puisque Bill et son ami Katz ne sont en rien des sportifs chevronnés. Ces citadins rondouillards parviendront-ils à parcourir les 3500 km de l’Appalachian Trail avec 20 kilos sur le dos, en affrontant la faim, l’hypothermie et les ours ? Rien n’est moins sûr. Ce périple est aussi l’occasion d’en savoir plus sur la faune et la flore des Appalaches, ainsi que sur la géographie des Etats-Unis. Car nos deux randonneurs ne s’en tiennent pas à un étroit sentier perdu dans les bois. Chaque halte est l’occasion de découvrir l’un des 14 Etats traversé par la piste des Appalaches. Bill et Katz se rendent par exemple à Centralia, la ville qui fume. Ils se lancent également à la conquête des Smoky Mountains, site apprécié dès le XIXème siècle par les artistes et les écrivains.

Ce livre nous offre une promenade rafraîchissante à travers des paysages grandioses. Dommage qu’il ne soit pas accompagné de photographies. Les péripéties sont quelquefois un peu répétitives – marcher, suer, rencontrer un excentrique, faire halte dans un trou perdu ou un refuge, remarcher, et suer de nouveau…- et le lecteur ressent parfois la lassitude qui gagne ces randonneurs. Les nombreuses digressions ayant trait aux Appalaches – géologie, zoologie, histoire et faits divers – sont instructives mais ralentissent le récit. C’est toutefois un livre sympathique, avec des passages vraiment drôles. Je le conseille aux amoureux de la nature.

Critique libre: PROMENONS-NOUS DANS LES BOIS (Bill Bryson)
Publié par Firmin et Flo sur
Publié dans : #toutes les critiques litteraires, #romans, #littérature nordique

Immersion dans une communauté utopique.

 

Parti d’Australie pour une mission humanitaire, un avion survole le Pacifique, avec à son bord de nombreux civils anglophones et scandinaves. Il y a là des bûcherons, des infirmières, des médecins, des ingénieurs et… un journaliste finlandais –notre narrateur. Mais de fortes turbulences entraînent un amerrissage forcé. L’avion s’écrase dans l’océan, tout près d’une île déserte et en apparence paradisiaque. Les survivants vont alors devoir s’organiser pour subvenir à leurs besoins. Bientôt une communauté autarcique se met en place avec ses chefs, ses conflits, sa division du travail et ses distilleries clandestines ! Malgré des conditions de vie très primaires, il souffle un vent de liberté et de camaraderie sur cette île. Dès lors, les naufragés auront-ils encore envie d’être sauvés pour retourner à la civilisation ?

Ceux qui apprécient l’humour déjanté de Paasilinna seront surpris du ton un peu plus sérieux de ce roman. On y retrouve bien sûr la fantaisie propre à l’auteur et les scènes comiques n’en sont pas totalement absentes. Mais c’est avant tout un roman d’aventures qui respecte un schéma narratif classique. Les scènes d’action – crash de l’avion, errance sur la plage et dans la jungle, bombardement…- sont nombreuses et passionnantes. Et puis comme toujours Paasilinna nous invite à réfléchir sur la société moderne qui aliène les individus. Qu’ils trouvent refuge au fin fond de la Laponie ou dans une île tropicale, ses personnages ne peuvent s’épanouir qu’en se détournant de la civilisation. 

Critique libre: PRISONNIERS DU PARADIS (Arto Paasilinna)
Publié par Firmin et Flo sur
Publié dans : #toutes les critiques litteraires, #romans, #chez les victoriens

La vie comme un roman

 

A 18 ans, Isabel Sleaford se réfugie dans les romans pour oublier la médiocrité de son existence. Recluse dans une petite ville de province, entre un père absent et une belle-mère acariâtre, la jeune fille ne trouve décidément pas matière à satisfaire son imagination. Quant à l’amour, il vient à sa rencontre d’une manière bien prosaïque en la personne du Docteur Gilbert, jeune praticien pétri de bon sens mais o combien ennuyeux… Isabel sombre alors dans la mélancolie, sans se douter que la vie lui réserve des aventures dignes de Walter Scott et de Charles Dickens. Des châteaux, des secrets de famille, une horrible vengeance et même un héros byronien l’attendent au bout du jardin. Mais le romanesque ne va pas sans une dose de tragédie. La jeune femme apprendra à ses dépens que certains rêves engendrent la douleur.

Ce roman, publié en 1864, est une excellente surprise ! Mary Elizabeth Braddon y fait preuve de son talent accoutumé pour les intrigues teintées de mystère. Mais ce n’est pas tout. On y trouve aussi une réflexion en abîme sur l’imaginaire et sur la carrière littéraire au milieu du XIXème siècle. Le personnage de Sigismund Smith, auteur de feuilletons à suspense, est en quelque sorte l’alter ego de Mrs Braddon, ou du moins son double au rabais. Dans une Angleterre victorienne avide de sensations, ces « nègres de la plume » sont nombreux. J’ai particulièrement apprécié le regard distancié de Mrs Braddon sur son propre métier et sur la fiction en général. Peut-on être pleinement heureux dans une dimension imaginaire? Existe-t-il des héros faits de chair et de sang? Le livre est truffé de références littéraires puisqu’Isabel Sleaford lit des œuvres de Thackeray, Dickens, Bulwer-Lytton, Byron, Shelley, etc. Mais cette passion dévorante pour la fiction est dénoncée par Mrs Braddon avec une ironie douce-amère. « La femme du docteur », c’est un peu Mme Bovary et Catherine Morland (héroïne de Jane Austen) réunies ! C’est surtout un roman très touchant, intelligent et peu conventionnel qui parlera à tous ceux qui cultivent leur jardin imaginaire.

Critique libre: LA FEMME DU DOCTEUR (M. E. Braddon)

À propos

Lesmillefeuillesdefirmin.overblog.com

“Passionnée de littérature classique et de littérature du monde, je partage avec vous mes dernières lectures.”

Rédigé par Bianca Flo

Articles récents

Hébergé par Overblog