Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lesmillefeuillesdefirmin.overblog.com

Un blog littéraire. Au programme: plein de lectures, un peu d'art et d'histoire!

Publié par Firmin et Flo sur
Publié dans : #toutes les critiques litteraires, #romans

"Home, sweet home!"

 

« Le vicaire de Wakefield » est un grand classique de la littérature anglo-saxonne; mieux: c’est un ouvrage qui faisait encore pleurer toute l’Europe un siècle après sa parution, en 1766. Le sujet en est simple et pourtant émouvant : il s'agit d'une épopée domestique, l’histoire du pasteur Primrose, de son épouse et de leurs enfants. On entre avec plaisir dans le quotidien de cette famille aimante pour partager ses petites joies et ses tragédies. Mrs Primrose fait des conserves et des projets matrimoniaux; sa fille Olivia joue la coquette à ses risques et périls ; le fils aîné erre en quête de fortune tandis que le cadet se fait rouler; quant au « pater familias », il tente avec l’aide de Dieu de maintenir l’harmonie domestique, sans être entièrement à l’abri des faiblesses terrestres. Bientôt les coups du destin et surtout la perfidie humaine s'acharnent contre la petite famille; mais un foyer uni triomphe de toutes les épreuves.

 

Si le côté moralisateur du roman peut paraître aujourd’hui un brin désuet, « Le vicaire de Wakefield » séduira sans doute le lecteur moderne par la pureté de son style et par les situations pleinement humaines qu’il évoque. Il y a une tendresse touchante dans l’écriture d’Oliver Goldsmith, et bien sûr on y retrouve cet humour si caractéristique de l’esprit "british". En somme un sentimentalisme teinté d’ironie, avec de nobles pensées et une touche picaresque pour agrémenter la lecture. L’esprit de famille et l’amour du prochain en sont les maîtres mots. Ce livre a nourri l’imagination de grands noms comme Thackeray ou Dickens; il est indispensable pour comprendre la sensibilité et l'univers littéraire de ces temps-là. C’est en tout cas l’unique roman de l’Irlandais Goldsmith, écrivain et touche-à-tout, mort prématurément à 45 ans.

Critique libre: LE VICAIRE DE WAKEFIELD (Oliver Goldsmith)

À propos

Lesmillefeuillesdefirmin.overblog.com

“Passionnée de littérature classique et de littérature du monde, je partage avec vous mes dernières lectures.”

Rédigé par Bianca Flo

Articles récents

Hébergé par Overblog