Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lesmillefeuillesdefirmin.overblog.com

Un blog littéraire. Au programme: plein de lectures, un peu d'art et d'histoire!

Publié par Firmin et Flo sur
Publié dans : #toutes les critiques litteraires, #chez les victoriens

La drôle de vie de Monsieur Tout-le-monde

 

Faites la connaissance de Charles Pooter, père de famille, employé modèle et paisible habitant de la banlieue londonienne à la fin du XIXème siècle. Ce personnage n'a certes rien d'exceptionnel et pourtant, au fil des pages de son journal intime, il devient un héros attachant. Jour après jour, il nous livre ses occupations, ses tracasseries et ses menus plaisirs. C’est qu’entre son épouse Carrie, leur irresponsable de fils, leur bonne plutôt maladroite, des amis intrusifs et un patron exigeant, Charles Pooter n’a pas le temps de s’ennuyer. Lorsqu’il rentre de son bureau de la City, ce tranquille sujet aime s’adonner au bricolage, redécorer son intérieur ou flâner dans son jardin. Mais ces loisirs peuvent tourner court à cause d’une teinture au rabais ou d’un voisin mal intentionné. Sans parler du décrottoir qui se transforme en trappe des plus cocasses pour les invités du couple ! Nous suivons aussi les Poorter au bal de la Mansion House, en randonnée, au bord de la mer… Malgré les situations ridicules et souvent absurdes auxquelles il se confronte, notre héros tente –d’une manière parfois maladroite – d’agir avec dignité et honnêteté, conformément à son éducation. Ses seuls péchés mignons sont les calembours d’un goût douteux. Le journal de Poorter couvre environ un an et demi, période pendant laquelle il acquiert une nouvelle maison, envisage une promotion, loge son chômeur de fils et organise plusieurs soirées avec des amis. Vivre en Monsieur Tout-le-monde n’est décidément pas de tout repos !

Ce journal fictif est paru en 1888-1889 en feuilleton dans le « Punch », un célèbre magazine satirique de l’époque. Il est l’œuvre des frères Grossmith qui l’ont écrit et illustré ensemble. Cette petite série a connu un immense succès, car elle est à la fois ancrée dans le quotidien et d’une grande drôlerie. Au milieu d’évènements insignifiants apparaît un portrait touchant, celui de l’Anglais moyen, honnête et non dénué d’humour, auquel les Victoriens s’identifiaient aisément. Et le charme de cet humour "british" agit encore sur le lecteur d’aujourd’hui!

Critique libre: JOURNAL D'UN HOMME SANS IMPORTANCE (George et Weedon Grossmith)

À propos

Lesmillefeuillesdefirmin.overblog.com

“Passionnée de littérature classique et de littérature du monde, je partage avec vous mes dernières lectures.”

Rédigé par Bianca Flo

Articles récents

Hébergé par Overblog